Le blog de l’Adaptive Software

Robots vs. humains : Quels emplois menacés par la 4ème révolution industrielle ?

La 4ème révolution industrielle, c’est le buzz du moment dans les journaux, les rapports et les conférences des grands organismes économiques comme l’OCDE ou le World Economic Forum. Bien que les impacts macroscopiques sur nos systèmes de retraite ou notre gestion du chômage restent flous, les avancées de l’automatisation sont bien réelles, et avec elles des conséquences dès à présent pour chacun d’entre nous.

L’Adaptive Software, l’industrialisation du développement des logiciels, fait déjà rentrer de nouveaux types de logiciels dans les entreprises, plus rapides et plus faciles à mettre en place. Son adoption généralisée permettra de remplacer les humains pour le traitement des tâches répétitives et sans valeur ajoutée. Tous les emplois « administratifs » et les emplois de services sont concernés.

Selon un article de l’OCDE publié en janvier, « Routine jobs, employment and technological innovation in global value chains », 61 % des emplois dans les services sont moyennement ou hautement « routiniers ». Selon cette même étude, le temps passé sur des taches ne nécessitant pas de compétences spécifiques est de 25%, et si l’on englobe les taches ne nécessitant que des compétences moyennes, le taux monte à 71%. C’est exactement ces tâches que feront un logiciel ou un robot. On parle de recopie et de vérification de données, de reporting, de recherche d’anomalies, de suivi administratif,  d’édition de documents simples… Ce sont des pans entiers d’activités qui vont disparaître comme l’indique l’artcile “Can we predict which jobs will be replaced by robots” du World Economic Forum.

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

 

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

Il est également possible d’évaluer le niveau de risque de disparition de son métier sur le site de la BBC : will a robot take your job. D’une façon générale, comme dans tout mouvement d’industrialisation, les menaces pour les emplois sont :

  1. La disparition complète (ou en grande partie) d’un métier complet par l’automatisation
  2. La réduction d’effectifs liée aux gains de productivité
  3. L’externalisation de services
  4. La disparition d’entreprises.

1) La disparition complète de métiers concerne ceux où le travail est majoritairement manuel et pour lesquels les gains liés à l’automatisation sont importants. Le journalisme, souvent cité en exemple, n’est probablement pas tellement concerné (on ne voit pas pour l’instant un logiciel capable d’écrire un éditorial ou un article de fond), mise à part les tâches sans grande valeur ajoutée que sont la curation ou la réécriture de dépêches d’agence. Même si cela était techniquement possible, le coût d’un tel système serait rédhibitoire par rapport aux salaires des journalistes. Ce qui n’est pas le cas pour le développement des logiciels comme nous en avons parlé dans notre précédent article (Adaptive Software, the future of work et la 4ème révolution industrielle) .

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

2) Le réduction d’effectifs liée aux gains de productivité. A titre d’exemple, dans l’industrie automobile en France, le nombre d’emplois (hors intérimaire)  passe de plus de 370 000 en 1975 à 200 000 en 2006 (source l’industrie automobile en France depuis 1950 : des mutations à la chaîne – INSEE). Et cette perte d’emplois n’est pas seulement dû aux délocalisations dans des pays à faible coût de main d’œuvre, mais aussi parce qu’avec l’industrialisation, il faut moins de personnes pour construire plus de voitures plus vite. Mais contrairement aux révolutions industrielles précédentes, celle-ci ne va pas se contenter de réduire la masse salariale grâce aux gains d’efficacité. Elle va changer la nature du travail, redéfinir les fonctions de chacun et étendre le périmètre des équipes. Le temps gagné permettra de faire plus de choses.

 

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

3) L’externalisation de services va s’étendre. Les nouveaux types de logiciels vont lever le principal frein à l’externalisation des services qu’était la difficulté de s’adapter aux spécificités de chaque client. Car routinier et facile à automatiser ne veux pas dire sans spécificité d’une entreprise à l’autre.  Grâce à ces logiciels produits de façon industrielle, il est possible de capturer la partie routinière de votre travail tout en en gardant ces spécificités. Il est possible d’allier des économies d’échelle par la concentration et une flexibilité dans les processus. Désormais, externalisation ne rime plus avec standardisation des processus. Alors que l’externalisation ne concernait jusqu’à maintenant que des fonctions hautement « standardisables » (sans spécificité) comme l’accueil, le ménage, la sécurité, cela s’étend désormais à la gestion des paies, les RH, le contrôle de gestion, la prospection commerciale, etc.

 

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

4) La disparition d’entreprises qui n’auront pas pris le train en marche, est un des éléments les plus cruciaux en termes d’emplois, comme dans toute révolution industrielle. Pour s’en convaincre il n’y a qu’à comparer le nombre de constructeurs automobiles (155 en France en 1914 et 258 aux USA en 1908) ou le nombre d’agriculteurs entre le début du 20ème siècle et maintenant.

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

En résumé, votre emploi est menacé par cette 4ème révolution industrielle si :

  • Vous faîtes un travail routinier ou nécessitant peu de compétences spécifiques comme par exemple le suivi administratif, le contrôle de données, la recherche d’anomalies ou le reporting.
  • Vous travaillez dans une entreprise ou un service qui n’investit pas dans la transformation numérique, et qui soit disparaîtra, soit sera externalisé.

Mais contrairement aux précédentes révolutions industrielles, la 4ème révolution industrielle va transformer le travail en un travail plus valorisant et probablement moins stressant. Ce qui vous permettra de garder votre travail ce n’est plus d’être capable de produire un reporting, mais d’accompagner le reporting produit automatiquement par un logiciel d’une note de contexte ou d’une analyse. Donc pour conserver son travail, il ne faut pas redouter cette transformation, mais l’anticiper, l’accompagner, la promouvoir et en profiter pour se débarrasser de ces tâches sans valeur ajoutée pour étendre le périmètre de son travail et lui donner plus de valeur.

Dans le prochain article nous verrons que l’Adaptive Software est un outil concret pour mettre en place la transformation numérique dans les entreprises. Nous verrons également pourquoi on parle de révolution industrielle, ce qui a changé et pourquoi cela impacte aussi bien les grands groupes internationaux que les PME.

Humains vs robots, quels emplois vont disparaître ?

Revue de presse

  • Paris Singularity : un rapport de Oxford Martin School établit que jusqu’à 85% des emplois seront automatisés dans les pays émergents
  • Meta-media : Faut-il craindre les « robots journalistes » ?
  • Les échos : Comment l’intelligence artificielle va tirer le management vers le haut ?
  • Bloc-notes de Bertrand Duperrin : Le second âge des machines
  • MBA MBCI : Quelle évolution du travail pour Homo numericus ?
  • Fortune : Will Robots Steal Your Job?
  • Wired : Better Than Human: Why Robots Will — And Must — Take Our Jobs
  • The Guardian : Would you bet against sex robots? AI ‘could leave half of world unemployed’
  • Harvard Business Review : Our Approach to Economic Growth Isn’t Working
  • Inc.com : Robots Are Killing Jobs–but Here’s Why That’s a Good Thing